Pour venger A.D.G.

1947-2004

Mort d'un emmerdeur

L'auteur de polars, facho pour faire «chier», arrête les frais.

Par Bruno ICHER

mercredi 03 novembre 2004 (Liberation - 06:00)

«J'ai souvent entendu dire que le cancer est une maladie longue et douloureuse. C'est surtout une maladie chiante», disait ADG à Libération il y a un an tout juste. Le «foutu crabe» a finalement eu raison du romancier, dans la nuit de lundi à mardi, à Paris. Né un 19 décembre (comme Manchette) 1947, ADG était revenu sur la scène littéraire en 2003, avec Kangouroad Movie à La Noire (Gallimard), après un silence de près de quinze ans. Les amateurs n'avaient pas oublié ce drôle de type gouailleur, provocateur dans l'âme et le plus politiquement incorrect de tous les auteurs de polars. Reporter à Minute, secrétaire général de rédaction du Rivarol, ami intime de Le Pen et abonné aux fêtes Bleu-Blanc-Rouge, ADG avait cessé d'être fréquentable au début des années 80. Auparavant, il avait été l'alter ego de Jean-Patrick Manchette et l'un des principaux artisans du néopolar français.

Croquants Berrichons. C'est Roger Giroux, traducteur de Lawrence Durrell, qui le découvre en 1971 et qui l'incite à publier son premier roman à la Série Noire, la Divine surprise, à quelques semaines d'intervalle avec la sortie du premier Manchette, l'Affaire N'Gustro. L'année suivante, trois romans signés ADG paraissent, toujours en Série Noire : la Marche truque, les Panadeux et la Nuit des grands chiens malades, première incursion dans l'univers rural de Touraine, son pays natal. L'irruption du roman noir dans les humides contrées berrichonnes, où les personnages ne boivent pas du bourbon mais du montlouis, lui vaut un succès immédiat. Son style aussi, en héritage direct des Simonin, Blondin, Malet et, naturellement, Céline, fait merveille. L'année suivante, il publie Berry Story, la suite des aventures des croquants Berrichons aux prises avec une communauté hippie. Dans la foulée, il enchaîne avec un de ses probablement meilleurs romans, L'otage est sans pitié, où un directeur de banque se séquestre lui-même pour cambrioler son établissement, et surtout Je suis un roman noir, déambulation d'un auteur de roman policier rattrapé par la noirceur de son univers.

Entre-temps, ADG aura eu le loisir de régler ses comptes avec ses racines dans le Grand Môme, suite explicite du Grand Meaulnes d’Alain Fournier. Il faut dire que le vrai nom d’ADG est Alain Fournier. Une preuve d’humour un peu particulière de ses parents (de gauche) qui conduira le jeune Alain à, en premier lieu, prendre un pseudonyme (Alain Dreux Galloux, initiales ADG), puis à s’engager comme enfant de troupe « pour les emmerder » et enfin au FN.

Durant ces années prolixes, celui qui se définit lui-même comme «un réac pur et dur» se forge une réputation d'infréquentable. Dans les années 80, brouillé avec la plupart de ses amis de gauche, il pousse le bouchon jusqu'à se fâcher aussi avec ses amis d'extrême droite. Après une engueulade homérique avec la quasi-totalité de la rédaction de Minute, il plaque tout et part en Nouvelle-Calédonie en 1981, où il tombe amoureux à la fois du pays et d'une jeune femme du coin. Là, il découvre le Far West. «Il y avait les cow-boys, les Indiens et même le 7e de cavalerie...» De là-bas, il n'a aucun mal à vendre à son ami Louis Nucéra, alors directeur de collection chez Lattès, un projet de saga de la Nouvelle-Calédonie, le Grand Sud. Dès les premiers événements, il en abandonne l'écriture, après publication d'un premier tome, pour créer un hebdomadaire anti-indépendantiste. Cet organe de presse douteux lui vaut la haine de la moitié de l'île, et ses trois autres romans, pas très bons selon l'auteur lui-même, lui ferment définitivement les portes des maisons d'édition parisiennes.

Colère. Il ne remet les pieds en métropole qu'en 1991. Un divorce douloureux en cours, une dépression épaisse comme un ciel d'hiver en Touraine et, pour finir, le diagnostic d'un cancer. S'il décide de se remettre à écrire, c'est sur un coup de colère. Quand Gallimard célèbre le cinquantenaire de la Série Noire, il est l'un des rares à ne pas avoir été réédité. «Un comble pour un gars qui est toujours resté fidèle à la collection.» Il se lance alors dans Kangouroad Movie, périple australien poilant. «J'avais décidé de fabriquer une supercherie : un polar australien que j'aurais découvert et traduit. Une fois le texte publié, j'aurais annoncé que j'en étais l'auteur. Comme ça, pour les emmerder.»

Il y a un an tout juste, ADG parlait de se réacclimater à la France, de réapprendre son écriture. Il parlait d'un prochain roman où il voulait faire mourir son premier héros, Sergueï Djerbitskine, alias Machin : «Je me suis fâché avec l'ami dont je me suis inspiré pour le personnage. Je lui réserve un chien de ma chienne. Pour l'emmerder.» Le roman ne verra sans doute jamais le jour, mais la mort d'ADG nous emmerde bien.

 




Généré par Pluxml preview 0.3.1 en 0.003s | Admin
Webmastering by ICS, skin by Kloobik, repeint par le Typographiste.